accueil | recherche | contact | plan de site |
150 ans Suisse-Japon
Exposition permanente
Anciennes expositions
Expositions temporaires depuis 1981
Présentations ponctuelles depuis 1998
Expositions permanentes depuis 1999
Prochaine exposition
Principes d'exposition
Accès aux publications liées aux expositions
What are you doing after the apocalypse ? 2011-2012 >

Revue de presse | Crédits | Espace presse |

What are you doing after the apocalypse ?

Du 19 novembre 2011 au 24 juin 2012

Tandis que les médias charrient un flot ininter-rompu de nouvelles apoca-lyptiques, l’équipe du MEN invite à se pencher sur la question de l’après, en colla-boration avec des artistes et des chercheurs en sciences sociales.

What are you doing after the apocalypse ? s’installe dans la structure posée par l’exposition Bruits et revient sur la toile de fond de toutes les politiques de sauvegarde et de conservation: les événements dramatiques qui confrontent les sociétés hu-maines à l’oubli, à la perte et à la disparition.
La première partie de l’exposition présente Basto-kalypse, oeuvre maîtresse des artistes biennois M. S. Bastian et Isabelle L. Mobilisant les prin-cipales figures iconographiques du mal, de la catastrophe et de l’effroi, leur hallucinant pano-rama est mis en perspective par une série de contrepoints musi-caux, littéraires et cinémato-graphiques.
La deuxième partie offre un espace de réflexion à sept anthropologues dont les recherches mobilisent le thème de la fin et explorent la tension entre apocalypse (destruction) et apothéose (renaissance) dans les domaines de la sexualité, de la politique, de la philosophie, de l’économie, de l’approvisionnement énergétique, de la migration et de l’esthétique.
La troisième partie dévoile en première suisse Atomik submarine, un submersible de dix-huit mètres créé par François Burland. A la fois machine de guerre et jouet d’enfant, ce «rêve de pacotille grandeur nature» renvoie avec humour à une histoire parallèle. Autour du sous-marin, d’autres objets récemment construits par l’artiste recyclent eux aussi les utopies et les tragédies politiques qui ont agité le XXe siècle, des colonies françaises à la guerre du Golfe.
Interrogeant ce qui vient «après» l’orgie, ces trois volets d’une vision complémentaire de la fin des choses et des temps mènent le visiteur à une question centrale: comment se projeter dans un avenir chargé à la fois de menaces et de promesses sans rester un simple spectateur du désastre ou des transformations en cours ? L’expérience offre par ailleurs aux muséologues la possibilité de développer un nouveau projet dans les ruines de l’ancien. Ce faisant, ils théâtralisent le processus de destruction qui constitue le devenir normal d’une exposition.

En dossier word joint, lecture, décryptage et analyse de l'exposition par les étudiants en ethnomuséographie du cours d'Octave Debary.



Document  Document Word 16.22Mo