Inscription à notre newsletter













Si vous êtes déjà inscrit et vous voulez vous désinscrire, cliquez ici
Bruits

Bruits (02.10.2010 - 15.09.2011)

Avec l'exposition Bruits, l'équipe du MEN met en scène la manière dont les sociétés humaines appréhendent leurs productions sonores.  Elle invite le public à se frotter aux bruits des autres et à se projeter dans un avenir où la technologie bouleverse les certi-tudes acquises.

Premier opus d’une trilogie consacrée au patrimoine culturel immatériel dans le cadre d’une recherche conduite avec l’Institut d’ethnologie de l’Université et plusieurs autres instituts helvétiques, l’exposition Bruits questionne la manière à la fois diverse et complexe dont les sociétés humaines appré-hendent, organisent, conservent et mettent en valeur ce qui relève de l’immatériel par excellence, à savoir leurs productions sonores.

Partant de la parenté étroite entre les notions de bruit, de son, de parole et de musique, l’équipe du MEN rend un hommage critique à ceux qui, à travers l’histoire, se sont attelés à articuler ces catégories, à développer leur per-ception, à formuler de nouvelles règles ou à les élargir par une meilleure compréhension des systèmes élaborés dans d’autres cultures.  Elle interroge la propension de certains acteurs à tirer la sonnette d’alarme dès que pointent à l’horizon les notions d’évolution, de perte ou d’ oubli. Elle décortique les stratégies, les démarches et les moyens mis en œuvre afin de conserver certains éléments culturels élevés au rang de patrimoine et d’en écarter d’autres. Elle fait enfin ressortir les enjeux contemporains liés aux appropriations, détournements, recyclages et exploitations en tous genres des gisements sonores mis à disposition de chacun par les nouvelles technologies de l’information et de la communication.

A travers une série de tableaux visuels et sonores élaborés à partir de la métaphore du Nautilus, arche intemporelle dédiée à la collection de l’univers sonore, échouée entre plage et désert, entre déluge et apocalypse, l’exposition invite le public à se frotter au bruit des autres, à percevoir le poids de l’immatérialité et à se projeter dans les futurs incertains du patrimoine sonore et de son contrôle à l’heure de l’Internet.

Pour en savoir plus

Crédits

Revue de presse