Inscription à notre newsletter













Si vous êtes déjà inscrit et vous voulez vous désinscrire, cliquez ici

Exposition de référence: L'impermanence des choses

L’équipe du Musée d’ethnographie de Neuchâtel présente dans la Villa de Pury entièrement rénovée une exposition centrée sur ses collections faisant intervenir l’histoire de l’Institution, les fantômes qu’elle abrite, les enjeux qu’elle recouvre et les pratiques sociales qu’elle analyse.

Ce faisant, les concepteurs rappellent que les êtres humains et les biens matériels qu’ils échangent ne cessent de se transformer, tout comme le regard porté sur eux.

Exposition ponctuelle: Ichoumamini

Dans la Villa de Pury et au sein de l'exposition L'impermanence des choses, l'exposition Ichoumamini prend place dans une salle du 2ème étage.

Conçue par les étudiants de l’institut d’ethnologie, cette exposition ponctuelle revient sur la mission de Jean Gabus dans le Grand Nord canadien en 1938–1939.

En avril 1938, Jean Gabus, jeune reporter de trente ans aspirant à une carrière d’ethnologue s’embarque pour la baie d’Hudson au Canada. Il part vivre avec ceux qu’il nomme les « Esquimaux-Caribous ».

Des dix-huit mois passés sur le terrain, le futur conservateur du MEN (1945–1978) rapporte un matériel ethnographique constitué d’objets, de photographies et d’enregistrements sonores et filmiques. Il en tire un large ensemble d’écrits : carnets de terrains, articles de journaux, récits de voyages, publications scientifiques et romans. Parallèlement, la correspondance entretenue avec sa famille ainsi qu’avec Théodore Delachaux, son prédécesseur au Musée d’ethnographie de Neuchâtel, offre une image précise du déroulement de la mission. Elle révèle aussi les bouleversements et les perceptions contradictoires du jeune ethnographe-reporter tout au long de cette expérience.