Inscription à la Newsletter

Inscription à la Newsletter

Musée d’ethnographie de Neuchâtel

Niché dans un magnifique parc surplombant la ville, le Musée d’ethnographie de Neuchâtel (MEN) pose un regard critique et original sur les sociétés humaines. Ses expositions novatrices sont reconnues sur le plan international. Ses collections sont constituées de quelque 50’000 objets de toutes les régions du globe avec un accent particulier sur l’Afrique.

Situé à la rue Saint-Nicolas 4 à Neuchâtel, le Musée est ouvert du mardi au dimanche, de 10h à 17h.

Le MEN organise également des brunchs avec visite guidée (pour les adultes) et ateliers (pour les enfants). Les prochains brunchs auront lieu les dimanches 19 février (COMPLET) et 2 avril (COMPLET). Les prochaines dates seront bientôt publiées.

Exposition temporaire – L’impossible sauvage (19.06.2022 – PROLONGATION AU 14.05.2023)

Le Musée d’ethnographie de Neuchâtel (MEN) dévoile sa nouvelle exposition, L’impossible sauvage. Elle fait écho à Sauvage, présentée au Muséum d’histoire naturelle entre 2020 et 2022, et constitue le deuxième volet d’une réflexion commune sur la notion de sauvage, abordée cette fois du point de vue des sciences humaines.

Prochaines visites guidées :
16 février 12h15 Réservez vos places !

» Découvrez L’impossible sauvage

» Dossier de presse

 

 

Exposition temporaire – Mirages de l’objectif (29.05.2021 – printemps 2023)

L’exposition qui se tient dans les jardins du MEN. Elle invite à découvrir quelques-uns des clichés pris par le photographe et cinéaste neuchâtelois Henry Brandt lors du tournage de son film Les Nomades du soleil (1955).

 

 

Exposition de référence - L’impermanence des choses

L’équipe du Musée d’ethnographie de Neuchâtel présente dans la Villa de Pury une exposition de référence centrée sur ses collections faisant intervenir l’histoire de l’Institution, les fantômes qu’elle abrite, les enjeux qu’elle recouvre et les pratiques sociales qu’elle analyse.

Ce faisant, les concepteurs rappellent que les êtres humains et les biens matériels qu’ils échangent ne cessent de se transformer, tout comme le regard porté sur eux.